“Venetian Chic” de Francesca Bortolotto Possati

 

« Venetian Chic » est le nouveau beau livre publié par la maison d’ édition de luxe new-yorkaise Assouline sur l’élégance naturelle et les artefacts de la cité des Doges. Il s’agit de 264 pages dont 150 de photos élégantissimes œuvres de l’ Australienne Robyn Lea, photographe d’exception pour Vogue et Harpers’ Bazaar parmi tant d’ autres, magnifiant à travers son objectif la civilisation vénitienne.

La préface est de l’acteur britannique Jeremy Irons, qui interpréta magistralement le rôle d’ Antonio dans le « Marchand de Venise » de Shakespeare du film de Radford tourné en 2004 aux côtés d’ Al Pacino dans le rôle du mythique Shylock.

Le texte est de Francesca Bortolotto Possati, vénitienne AOC, actuellement CEO du Groupe hôtelier Bauer de Venise, décoratrice d’intérieur raffinée et grand connaisseur de l’ Art de Vivre vénitien, elle-même issue du côté de sa mère de la noble famille des Mocenigo, qui donna bien sept Doges à la Sérénissime. Il y eut en effet 120 Doges à Venise, qui se succèdèrent de 697 à 1797, durant les plus de Mille ans que dura la République de Venise, souvent éclairée dans biens des domaines, richissime et, pour toutes ces vertues, haïe et enviée par ses voisins, qui eurent le dernier mot.

                                                                Francesca Bortolotto Possati

Francesca Bortolotto Possati fait partie du Comité Directeur de la Fondation Save Venice oeuvrant depuis 1971 à la restauration de chefs-d’oeuvre vénitiens en péril, en réparant des tableaux malmenés par les siècles ainsi que des monuments entiers comme ce fut le cas de l’église de Santa Maria dei Miracoli en 1997 où celle de San Sebastiano en 2015 où sont conservés un grand nombre d’oeuvres de Veronese ainsi que sa tombe.

Venetian Chic est une invitation au voyage dans le monde privé de Venise, généralement clos aux non-initiés.

Francesca, aidée par les magnifiques photos de Robyn, nous montre l’essence de la « vénitianité » : un mélange de style classique et oriental, un goût raffiné mêlant les essences provenant d’ Orient au cours des siècles, que l’on retrouve dans les étoffes de soie et de velours brochés de Rubelli, Bevilacqua ou Fortuny, les mosaïques d’or vénéto-Byzantine de Saint-Marc, de Murano et de Torcello, dont la tradition est conservée chez les mosaïstes Orsoni de Venise, l’Art du verre de Murano exprimé par ses grands maîtres verriers les plus fameux qui se succèdent depuis le XIII ème siècle et qui continuent aujourd’hui, telle la Maison Seguso,  à inventer de nouvelles créations.

                              Alessandro, le fils de Francesca, dans le hall d’entrée du palais Mocenigo

Venise est tout ceci, cet ensemble de tradition et de style exclusif qui a donné le jour à un art unique au monde et qui imprégne encore aujourd’hui la ville toute entière, en ne changeant pas, en restant elle-même, envers et contre tout, suspendue hors du temps dans un monde moderne trop souvent vulgaire, violent et anonyme. L’empire du goût contre le non-sens de la vacuité d’aujourd’hui.

Toutes les photos sont de propriété de la photographe Robyn Lea, tous droits réservés.

Pour en savoir plus sur l’éditeur Assouline:

assouline.com

Precedente Tableau de Venise Successivo Casanova, fils de Venise