Crea sito

“La Vestale de Venise” de Robert de Laroche

Vous êtes un(e) passionné(e) de Venise? Vous adorez les chats? Vous aimez les romans policiers historiques? La Vestale de Venise est faite pour vous.

L’écrivain et éditeur (La Tour Verte) Robert de Laroche est célèbre pour son original “Venise sauvée par ses chats” et surtout pour son livre dédié au “Florian Venezia 1720”. Inspiré comme beaucoup d’ artistes par Venise, il a donné le jour à la création d’une série de romans policiers historiques dont le premier “La Vestale de Venise” promet d’être le début d’une série féconde entièrement dédiée à la Sérénissime.

Dans tout son roman, nous respirons Venise comme on respire une brise marine bienfaisante. Et nous retrouvons tout au long du livre la charmante et réconfortante présence des deux chats du Nobiluomo Flavio Foscarini, toujours décrits avec tendresse. Les amis des chats apprécieront cette attention donnée aux félins dans toute son oeuvre.

Autre particularité de Robert de Laroche très visible dans sa “Vestale de Venise”: son amour et grand respect des femmes, tangible dans tout le récit. Les femmes y jouent un rôle très important: l’épouse du Nobiluomo Foscarini mais aussi de son ami Gasparo Gozzi, l’artiste Rosalba Carriera, la cuisinière, les Amazones et autres Vestales conspiratrices etc. Cette vaste présence féminine est décrite avec affection dans son évocation de la société vénitienne du XVIII ème siècle.

Robert m’écrit: “Et si la Venise de 1740 était la Cité des femmes?”Je vous répond oui Robert. Par ailleurs l’allégorie de Venise au Palais Ducal – centre du pouvoir vénitien – a toujours été celle d’une très belle femme à la peau très blanche, à la longue chevelure dorée et aux yeux bleu ciel, somptueusement vêtue, telle Junon, déesse parmi les déesses.

Venise était une ville femme bienveillante avec ses semblables. Nulle part ailleurs comme à Venise, les femmes ont été aussi libres qu’à Venise. De devenir docteur en philosophie comme Elena Corner Piscopia en 1678, libres dans leurs mouvements et dans leurs vies professionnelles pendant que leurs maris voyageaient dans leurs comptoirs commerciaux à Byzance, Paris, ou le lointain Orient, libres de demander la séparation légale d’avec leurs conjoints dès le XVI ème siècle avec le Décret Ducal de 1559 permettant aux femmes de se séparer de leurs maris en cas de mésentente, ou le décret ducal de 1553 autorisant la restitution de la dote des jeunes veuves (les maris avaient généralement une dizaine d’années de plus qu’elles) afin qu’elles puissent se remarier facilement et se refaire une nouvelle vie à l’abris du besoin. Oui Venise était la Cité des femmes, bien que les hommes aient toujours été sur le devant de la scène politique. Guillaume Appolinaire est également de cet avis suite à la traduction des poésies érotiques de Giorgio Baffo, contemporain de la Venise décadente qu’il a pleinement vécu:” Le Baffo était content de son époque, il était heureux de vivre à Venise, ville amphibie, cité humide, sexe femelle de l’Europe”. Venise a toujours été une ville singulière. Son site singulier a donné le jour à des hommes singuliers qui ont donné le jour à des institutions singulières. Quoi de plus normal?

Dans la Vestale de Venise nos Sherlock en herbe sont deux gentilhommes vénitiens – Flavio Foscarini et Gasparo Gozzi, aidés de l’épouse de Flavio Foscarini, Assin-Anna Foscarini, qui revêt une position fondamentale dans cet ouvrage – au temps de la fastueuse Venise du XVIII ème siècle, riche de l’incomparable talent de ses artistes pendant que la République sombrait dans une lente agonie politique due à son immobilisme.

Robert de Laroche nous transporte dans le monde bariolé de la Venise d’antan et la fait revivre avec maestria. On se régale. Comme par magie, on se retrouve plongé dans la Venise triomphante de l’Ancien Régime, on suit nos deux investigateurs au Florian, au marché du Rialto, dans les calle et dans les innombrables bars à vin, les fameux casinos privés de la haute société, dans leurs splendides demeures dont les portes s’ouvrent pour nous, nous faisant entrer dans la sphère du privé de cette époque révolue tant aimée, mais aussi dans les îles de Venise, à Murano et Burano, en gondole et tout ce qui fait la particularité de Venise.

Bref, la Vestale de Venise vous transporte dans un autre monde, celui de notre Venise chérie, pour notre plus grand bonheur, nous permettant de nous évader de notre triste (semi) confinement et de nos ennuis actuels. Un grand merci à Robert de Laroche pour avoir su nous faire oublier les malheurs présents le temps de l’enchantement de son roman.

https://leseditionsdu81.fr/livres/la-vestale-de-venise-robert-de-laroche/

https://leseditionsdu81.fr/ou-trouver-nos-livres/

Pour en savoir plus sur Elena Corner Piscopia:

Elena Corner Piscopia: premier doctorat en 1678 à Padoue

Pubblicato da Hélène Sadaune

Master II d'Histoire Moderne de la Sorbonne Paris IV, j'ai travaillé pendant plus de 20 ans pour la C.E. Résidente depuis plus de trente ans à Venise, guide conférencière à Paris et Venise, je suis une passionnée de la civilisation vénitienne et de cette ville hors-norme. Comptez sur moi pour vous tenir informé!

error: Content is protected !!